Du bruit dans le
cercle parfait
du silence

J'aime circuler parmi les tombes du cimetière de Père lachaise, il n'y a pas d'endroit plus tranquille dans cette ville. Sauf en cet après-midi où vrombissent de toutes parts, et comme en écho, les moteurs des engins qu'emploient les agents du lieu pour chasser les feuilles mortes et les regrouper ici et là.

L'homme s'y connaît vraiment très bien pour faire entrer le bruit dans le cercle parfait du silence. Qui plus est, ce bruit me semble inutile : le râteau et le balais, c'était donc si inefficace que cela ?

Et le Grand Facétieux de rire de bon cœur du tour qu'il nous a joué : en donnant le pouvoir aux marchands d'objets et de mots, il a dérobé aux sages l'usage de la question "mais comment faisait-on avant?", pour l'offrir comme une gourmandise aux nostalgiques de l'âge d'or révolu.