Dominique Radisson

Je vous souhaite la bien­v­enue sur mon blog. Quelques mots sur le chemin de vie qui, à tra­vers Uman­i­ti, me con­duit jusqu’à vous…

Si ce blog est né de mon plaisir d’écrire, ma grande pas­sion pre­mière fut celle des arts mar­ti­aux. C’est à la pra­tique du karaté étant enfant, (avec Bruce Lee comme idole absolue !, j’ai gran­di dans les années 70) que je dois d’avoir redéfi­ni une nature et une san­té fragiles. 

A l’adolescence, je me suis dirigé vers d’autres sports, mais à vingt-trois ans, après une maîtrise en soci­olo­gie de la com­mu­ni­ca­tion, j’ai repris le chemin des tatamis. Mais ayant trou­vé la mar­tial­ité du karaté trop rigide a mon goût, je me suis tourné vers l’aïkido et les arts chi­nois dits « internes » 1.

A cette époque, je me suis égale­ment pas­sion­né – car tout m’est apparu lié – pour l’écologie, la san­té naturelle (Qi Gong, diété­tique, natur­opathie…), l’exploration de con­science (psy­cholo­gie human­iste et transper­son­nelle, rebirthing…), la médi­ta­tion (Zen, Taoïsme); autant de fasci­nantes voies de com­préhen­sion et d’exploration du monde et des hommes…

Vers trente ans, la vie m’a fait l’offrande d’une ren­con­tre essen­tielle, celle de Imanou Ris­se­lard et Pol Charoy, de Généra­tion Tao2. A leurs côtés, j’allais don­ner une ori­en­ta­tion déci­sive à ma vie en m’immergeant durant plus de dix ans dans un univers vaste et riche, englobant bio-énergie (taoïste et reichi­enne), arts mar­ti­aux chi­nois (wai jia et nai jia), wutao, souf­fle, théâtre basé sur le mou­ve­ment et con­nais­sance de soi (cette dernière entité fut depuis nom­mée Trans-analyse, en col­lab­o­ra­tion avec Gio­van­ni Fuset­ti), pas­sant au fil des ans du statut d’élève à celui d’accompagnateur, puis d’enseignant et formateur.

J’ai aus­si pra­tiqué le yoga et croisé le souf­fle pris­ma­tique et majestueux de Michel Raji.

Aujourd’hui…

Pas­sion­né par la bio-énergie (ce grand élan de con­nais­sance humaine qui traite des lois naturelles qui définis­sent la force de la vie en soi ; com­ment elle vit en nous et nous ani­me)3, tout en con­tin­u­ant à appro­fondir l’œuvre et l’héritage de Wil­helm Reich, le pio­nnier, et de celles et ceux qu’il a inspirés directe­ment ou indi­recte­ment4, je pour­su­is ma pro­pre expéri­ence d’exploration et de libéra­tion bio­dy­namiques de l’être par la Thérapie Pri­male d’Arthur Janov.

Après avoir pub­lié un pre­mier livre inti­t­ulé Anthélies, je développe d’autres pro­jets d’écriture, dont un sec­ond livre inti­t­ulé « L’œil du cyclone ».

Mais surtout, surtout… je suis père totale­ment comblé d’une grande étoile prénom­mée Naia, et, depuis peu, d’un immense petit soleil prénom­mé Roméo ! Et là, les mots font ce qu’ils peu­vent, mais ils sont bien vains devant ce bon­heur et cet émerveillement…

Naia!
Romeo!

Et l’aventure continue…

Dominique Radis­son


  1. Que j’ai pra­tiqués avec Michel Dus­sauchoy (tai­ji quan styles yang et chen), mais égale­ment avec d’autres instruc­teurs comme Chris­t­ian Tissier (aïki­do), Marc Bachraty (aïki­do), Shigeru Uemu­ra (da sheng quan), Chen Zhen­glei (taji quan lao­jia), Chen Peis­han (tai­ji quan xiao­jia)
  2. Le Généra­tion Tao que j’ai con­nu, entre 1998 et 2010, fut, dans le pro­longe­ment du mag­a­zine qui en était le socle fon­da­teur, un extra­or­di­naire creuset ini­ti­a­tique d’expériences per­son­nelles, frater­nelles et col­lec­tives. Pra­tiques cor­porelles et mar­tiales, souf­fle et aven­ture de la con­science, édi­tion du mag­a­zine et ani­ma­tion d’un cen­tre grand pub­lic, engage­ment sacré et action sociale, appren­tis­sage et enseigne­ment : tout ceci spi­ralait en une for­mi­da­ble galax­ie d’aventures humaines. Aux côtés de Pol et Imanou, mes très proches com­pagnes et com­pagnons d’aventure, for­mant la Taoteam, furent : Arnaud Mat­tlinger, Cécile Bercegeay, San­drine Toutard, Del­phine L’Huillier, Jean-Marc Lefèvre
  3. Si mécon­nue encore mais à l’unité tan­gi­ble der­rière l’apparente diver­sité des sources, courants et afflu­ents qui le con­stituent depuis un siè­cle.
  4. Alexan­der Lowen, John Pier­rakos, Alice Miller, Stanis­las Grof, Jean Liedloff, Arthur Janov, Fred­er­ic Leboy­er, Aletha Solter, Michel Odent, quelques noms par­mi tant d’autres qui pour moi par­ticipent d’un même ensem­ble en for­ma­tion. Bien qu’il soit util­isé à toutes les sauces, c’est le terme qui se rap­proche le plus de l’esprit de ce grand courant de libéra­tion psy­cho-émo­tion­nelle de l’être humain qui prend corps en Occi­dent depuis la fin du 19e siè­cle, et dont la bio-énergie est par­tie inte­grante.