Émerveillement

À Olivi­er, mon très cher Sen­pai

À toi, mon ami
Qui enjam­bas ce pont
Et vis une eau si noire ;

Se sou­venir,
Se remé­mor­er,
Reren­con­tr­er
Recon­tac­ter,
Retrou­ver,
Revivre,

La pre­mière vague d’inspir
La pre­mière vague d’expir
La toute pre­mière pause
Et le pre­mier silence

La pre­mière étoffe douce
Le tout pre­mier con­tact
La pre­mière caresse
Et le tout pre­mier soin

Le tout pre­mier regard
Et la toute pre­mière forme
Du pre­mier chant du cœur

Le pre­mier étire­ment
La pre­mière onde pre­mière
Et le pre­mier mouvement

La pre­mière chaleur du soleil
Le pre­mier ray­on chaud sur le vis­age
Et la pre­mière nuit
Le pre­mier cré­pus­cule
Et la pre­mière aurore
Et la pre­mière lune

La pre­mière saveur,
La pre­mière gorgée
La pre­mière bouchée
Le goût du tout pre­mier fruit

La toute pre­mière faim
Et la pre­mière offrande

La pre­mière voix
La pre­mière autre voix
Le tout pre­mier par­fum
Et le tout pre­mier chant

La pre­mière couleur
De la pre­mière fleur
Le pre­mier chant d’oiseau
Le pre­mier chant du feu
Et la pre­mière flamme

La pre­mière terre
La pre­mière pierre
La pre­mière écorce
Le pre­mier brin d’herbe
Et la pre­mière senteur

Le pre­mier ani­mal
Et les pre­miers insectes

La pre­mière forme
Du pre­mier nuage
Le pre­mier vol d’oiseau
Le pre­mier gron­de­ment de ton­nerre
Le pre­mier ciel étoilé
Et la pre­mière pluie
Le pre­mier chant de la pluie
Et la pre­mière odeur de terre mouillée

Le pre­mier froid
La pre­mière caresse du vent
Pre­mier vent dans les arbres
Et la pre­mière neige
Pre­miers flo­cons dans la main

Le pre­mier chant de l’eau
La pre­mière fois dans l’eau
Et la toute pre­mière vague
Pre­mière eau dans la vasque des mains jointes

La pre­mière musique
La pre­mière his­toire
Le tout pre­mier dessin
Et la pre­mière let­tre
La pre­mière parole

Le pre­mier incon­nu
Ou la pre­mière passante

La pre­mière pen­sée
Et la pre­mière fois
Qu’on pense à ce que l’autre pense

Bien sûr que c’est possible

Bien avant
Le pre­mier copain
Et la pre­mière copine
Et la pre­mière classe
La pre­mière main tenue
Le pre­mier bais­er
Et la pre­mière fois
Le tout pre­mier cadeau
La pre­mière gorgée de café
La pre­mière cig­a­rette
Et le pre­mier alcool
Le pre­mier diplôme
Et le pre­mier tra­vail
La pre­mière paie
Et le pre­mier loge­ment
La pre­mière église
Le pre­mier mariage
Et la pre­mière nais­sance
Le pre­mier au revoir
Et la pre­mière absence
Et le pre­mier adieu

Bien avant tout cela
Avant que ne soit « Je »

Bien sûr que c’est possible

Et si cela n’a pas été pos­si­ble
Dans le plein courant libre de la vie
Dans le plein aban­don
La pleine récep­tiv­ité
La pleine offrande de sa forme pre­mière
Si cela a été
Entravé, inter­rompu,
Con­trar­ié
Ou même empêché
Ou bien même : absence
Cela est encore pos­si­ble
Encore main­tenant
En con­science
A tout moment
A tout instant

Et, mir­a­cle des mir­a­cles,
Et le sim­ple des sim­ples,
Impos­si­ble à vouloir :
La pre­mière res­pi­ra­tion
Libérée, dés­pas­mée,
Vie pleine­ment accueil­lie
Accueil plein de la vie
Deux vagues qui s’épousent
Deux souf­fles qui se rejoignent

Il n’est jamais
Jamais,
Jamais trop tard
Pour cet émer­veille­ment
Et cet éton­nement
À tant s’émerveiller

Bien sûr que cela est possible

mise à jour :  20 juin 2021