Et vous êtes passée…

Alors que je tra­ver­sais le cimetière du Père Lachaise, cette jeune femme resplendis­sante, croisée fleur et lumière par­mi les tombes effacées par le temps.

C’est tout de même éton­nant me suis-je fait la remar­que : à chaque péri­ode de mon exis­tence où, comme aujourd’hui, je doute forte­ment de ma capac­ité à me réalis­er sim­ple­ment comme être humain, et sens la ten­ta­tion d’abdiquer entre­pren­dre mes entrailles, j’ai tou­jours, tou­jours croisé les pas d’une belle jeune femme. Par­fois même très active dans l’établissement d’une com­plic­ité partagée, comme cette incon­nue qui m’avait offert un mag­nifique sourire der­rière la vit­re du train qui empor­tait la com­pagne dont je venais de me séparer…

Comme si la vie me mur­mu­rait en ces moments-là :  « Vois, et sou­viens-toi com­bi­en la vie est belle ».

A moins que ce ne soient plus sim­ple­ment mes yeux et mon sexe qui refusent la rati­o­ci­na­tion que je m’inflige dans pareilles circonstances ?

mise à jour :  20 juin 2021