Ma promise Terre

Par la grâce des évi­dences inaltérables
Par le fruit des espérances inal­ién­ables,
Nous nous rencontrerons.

Tu seras ma terre
Ma terre promise
Ma terre de mys­tère
Ma promise terre.

Tu apais­eras le guer­ri­er en moi,
J’érigerai en toi le repos de tes forces,
Et l’homme que je serai
Sera totale­ment.

Flu­ide, cristallin,
Et solide comme une voûte,
Le corail de mon amour
Sera ton tem­ple sacré
En même temps que ton trône.

Nos forces s’uniront
Nos chants s’entremêleront
Comme nos doigts sous la lune d’été.

Nos regards lèveront les voiles
Dont nous avons hérité,

Nos corps s’épouseront,
Nos souf­fles s’uniront,
Nos âmes ani­males libres,
Repues et ivres de soleil et de vent
Et de l’air des grands espaces.

Nos offens­es oublieront jusqu’à leur nom
Jusqu’au nom qui leur était donné,

Nous dépos­sèderons la noirceur du monde
De ses ténèbres de pacotille
Et enfan­terons des fleurs
Même sur les pier­res les plus épaisses

Cet amour sera éter­nel
Il défiera le temps
Vol­era le secret des Dieux
Descellera les anciens pactes

Les vagues ondoy­antes de tes cheveux
Recou­vriront d’incessantes ondes rebelles
Toutes les ter­res incertaines.

Ta peau sera comme cette peau,
Ton corps entier
Sera comme ce corps

Puis,
Irradiée de lumière,
Tu porteras un astre
Baigné de l’éclat de nos deux soleils,
Un astre
Plan­tant ses racines
Dans nos ciels appairés,
Incen­di­ant les reg­istres
Des grandes villes endormies

Je croy­ais me con­naître
Je ne fai­sais que me savoir
Nous dira le bonheur.

Et plus tard, bien plus tard,
Lorsque vien­dra le temps du grand repos
Nous franchi­rons ensem­ble
La porte du mys­tère
Et notre amour,
Dépouil­lé de ses formes,
Ray­on­nera d’un tel éclat
Qu’il devien­dra étoile
Dans le ciel de ce monde.

mise à jour :  20 juin 2021