Jérusalem

Dominique Radisson

poèmes

La matière fidèle à elle-même
Porte la parole éter­nelle
Sable et pierre,
Jérusalem.

La matière agrégée
La matière désagrégée
Sable et pierre,
Jérusalem.

Soleil sur la pierre,
Soleil sur le sable
Matière,
Jérusalem.

Con­stru­ite de pierre effritée
Et de sable
Pierre et sable,
Matière involuée
Autant qu’évolutive.
Jerusalem.

Jérusalem,
Tes pier­res réson­nent
En silence
De l’Histoire incar­née :
Trois fleuves ont sail­li le désert.

Jérusalem,
Je t’en sup­plie,
Que jamais rouge ne soit ton âme
Comme dans ce rêve
D’une lumière brûlante
Illu­mi­nant par deux fois,
Tes murs aveu­gles
De soleils empoisonnés.

Jerusalem,
Qu’as-tu fait du mes­sage de tes Pères,
Qu’as-tu fait
De l’esprit de tes pierres ?

Jerusalem,
Qu’as-tu fait de l’esprit de tes Pères,
Qu’as-tu fait
Du mes­sage de tes pierres ?

Jerusalem,
Entre tes bras mille fois sécu­laires,
Il y a cet enfant, aban­don­né
Ce jeune garçon aux yeux de fer
Et dans son regard gril­lagé se reflè­tent
En leur dernier éclat mutilé
Tes murs, ta lumière et tes pierres

Trois fleuves ont fini en poussière…