Mystère du souffle

Mys­tère du souf­fle
Porte deux fois franchies dans une vie
Mais qu’au moins cette porte soit ouverte !
Observe, reçois, prends, donne, échange
Cela se passe là,
À deux pul­sa­tions
À deux bat­te­ments
À deux ouver­tures d’âme
Cela se passe si près
Cheval sauvage peut être domp­té
Et rester libre
Infi­ni,
Incon­trôlé
Mais guidé
Disponible
Infi­ni ployé sous le vent de l’invite
Déployé en gerbes
Tou­jours uniques
Jamais renou­velées
Chant de la Vie
Ter­ri­toires immenses à une portée de choix
Chant ivre de ce qui échappe au choix
Jamais ce ne fut
Tou­jours ça a été
Vibrant et disponible
Invité par le vent
Par le soleil et les chants d’oiseaux
Coulée d’or per­pétuelle et sans fins
Se glisse dans l’espace intérieur
L’âme s’envole
Arrimée par amour et non oblig­a­tion
Pour créer un pont de cristal vivant
Entre la vie qui est
Et la vie qui devient
Fran­chis la porte !
Élance-toi
Baigne-toi
Fonds-toi
Sois révélé
Redéfi­ni
Remod­elé
Réaspiré
Réin­suf­flé
Que le chant de ton être
Entaille la roue du temps
D’une ful­gu­rance
Que d’autres sen­tiront
Chaîne,
Suite,
Com­plic­ité des servi­teurs du souf­fle
Ce furent les plaines
Les monts,
Les vagues
Les mon­tagnes
Les ville peut-être
Et qui sait encore ?
Main ten­due depuis des siè­cles
Invi­ta­tion,
Appel,
Injonc­tion,
Jamais sup­plique
Tou­jours joie et ser­vice
Révéla­tion en creux
Au creux
Refus de la ver­ti­cale
Respir­er c’est plonger dedans
Ce qui croît
C’est ce qui s’accroît
Et non ce qui s’envole
Coulée d’or en ce matin d’été
Dans la ville aux pier­res reposées
Respire !
Accom­plis le pas­sage
Sois en dedans
En même temps qu’en dehors
Sois aimé par le souf­fle
Ce par quoi tu crois vivre
Alors que tu en es vécu

mise à jour :  20 juin 2021