AuteurDominique Radisson

J'écris pour le plaisir de souffler des graines de mots dans les forêts de papier ou les ciels digitaux. Je suis, ou ai été tour à tour poète, journaliste, écrivain, enseignant en arts martiaux (aïkido, taijiquan), en wutao et en art du souffle; entrepreneur, webmaster et graphiste. Attiré de très longue date par l'univers du corps, de la spiritualité, du Zen et du Tao, je suis passionné par l'exploration personnelle "occidentale" (Reich, Janov, Groff…).

Gaudí, le maître du corail.

Sais-tu, mon fils, que les gens se trompent sur la Sagrada Familia? Ce n’est pas une basilique érigée sur la terre, c’est un navire de corail baignant dans une eau lustrale devenue air par la force du génie de Gaudí. Concrétion marine qui est sous la surface et monte sans cesse vers la lumière, le regard ne peut suivre, aspiré par ce soleil éclaboussant les vitraux tels de grandes...

“Quelqui” pourrait comprendre?

« Pourvoir les sombres bords qui s’ouvrent aux aveugles. »Shakespeare Splendeur des lumières,Je ne te voyais pasJ’étais bien trop aveugleCar mes yeux ne s’étaient pas fermés; Quel qui pourrait comprendre ? Je ris et pleure,En même tempsMais ne suisNi le rire, ni les larmes; Quel qui pourrait comprendre ? Je suis de retour chez moiQue je n’avais jamais...

L’ode au cristal

Jadis, nous étions dépossédés du choix. Pour nous protéger des pluies battantes de ce monde, nous étions condamnés à osciller entre le trop et le pas assez, entre la la dureté et l’effritement, entre la forteresse laminaire de pierre aveugle et le château de sable effondré de nos grèves enfantines. Certes, le bois nous offrit sa force, sa croissance et la ronde chaleur d’une lumière...

Je veux ce pont de lumière

Je veux ce pont rutilant de lumièreComme une guirlande de Noël,Comme une artère de sang doréEnjambant les eaux sombres et troublesDes secrets et des songesEt les eaux circulairesDes trop anciens mensonges; Un pont parcouru de frissons rectilignesEt de vivants pressés,Tel un flot séminalDe lucioles amblyopesAimantées, telles des isotopesPar les rives éclairéesEt les franches béancesAux grandes...

L’abbaye de Thélème sensorielle

Dans mon Abbaye de Thélème consacrée à la connaissance de l’être, j’héberge de grands noms d’aujourd’hui : Wilhelm Reich, Alexander Lowen, John Pierrakos, Alice Miller, Stanislas Grof, Jean Liedloff, Arthur Janov, Rupert Sheldrake, Frederic Leboyer, Aletha Solter, Michel Odent, Frans Veldman, Alexander Sutherland Neill, Marshall Rosenberg, Maria Montessori, et tant...

Le chemin vers l’œil du cyclone

Dessin : Naia Radisson-Azar Comprendre. Un jour, il mettrait des mots sur ce qu’il a vécu. Il comprendra que tout ce qu’il avait accompli était une réponse à l’appel de la vie. L’appel de la vie en lui, le chant de la colline… c’était la même voix, qui l’avait sans relâche appelé à revenir vers elle, à revenir vers lui. Qui ne lui avait jamais rien dit d’autre qu’un seul mot :...

Pourquoi j’écris

Pour prendre plaisir, célébrer, rendre hommage, avec pour guide cette envie de cicseler ces ressentis de l’instant, d’en fixer l’origine et la trace. Pour quoi faire? Pour rien d’efficace. Rien d’autre que le plaisir de redonner au monde une petite part de la beauté qu’il nous offre, là, constamment, à portée d’yeux à ouvrir, d’oreilles à déployer, de sens à aiguiser...

Le point existe

La méditante côtoie le perversLe monde est un gigantesque jeuDe forces tous azimuts, toutes directions,Mélangées, conjointes et simultanéesEntrecroisées et entremêléesDisjointes et conjointes à la foisMaillage grouillant de lignes d’ondesD’actions, de désirs et de pensées.

Le point existe,Non concerné par tout cela

L’inspiration d’Umaniti, dix ans après

10 ans déjà… J’ai créé Umaniti il y a 10 ans, pour le plaisir d’écrire (parce que j’aime beaucoup raconter des histoires) et pour célébrer la beauté mouvante de la vie. Gageure passionnante que de mettre en mots cette sensation tangible, charnelle, de ce quelque chose d’éternel et d’immense, cette présence infinie, intelligente et aimante, qui irrigue, anime...

Soir d’automne

La plaine entière vibrait dans son repos du soir, paisible comme un souffle qui se pose. Une teinte d’armoise violine emplissait le ciel jusqu’à l’horizon où de paisibles nuages aux contours délicats dessinaient des montagnes méditantes de laque mauve ciselée. Jamais paysage ne fut moins sépulcral. Montant d’une terre où des ombres obscures esquissaient déjà une danse...

Umaniti est le blog de textes et poèmes de Dominique Radisson.