Umaniti

Dominique Radisson, textes & poèmes

Dominique Radisson

  • A Jorge Peña Hen,éblouissante rencontreà la lumière tièded’une vitre fatiguée Ciel d’hiver,Blanc et Immobile. Mouvementqui ne dit pas son geste Lumièrequi ne dit pas sa source Tempsqui ne dit pas son visage Soleilqui ne dit pas son être Ciel d’hiver, Accorde un silenceà l’ombre reconnaissante Ciel blanc d’hiver,Blanc d’hiver lenticulaire,Repos de l’âme,Voûte laiteuse du devenir,Hiver…

    Lire

  • Elle avait observé, une fois encore – était-ce la centième ou bien la millième?-, le vieux maître accomplir son geste. On eût dit que tous les fleuves de la terre s’étaient réunis, depuis des millénaires, dans les vasques de ses deux mains, pour polir ce geste à la perfection, comme le fleuve polit les roches…

    Lire

  • Et si l’expression “Caprice d’enfant” n’avait aucun fondement réel? Et si elle avait été seulement inventée par des adultes impuissants à comprendre le comportement de leur enfant? La question vaut qu’on s’y attarde un peu… Lorsqu’on observe profondément un enfant et qu’on tâche d’être en contact avec son vécu, on réalise qu’il est très rarement…

    Lire

  • Ce n’est pas la certitudeD’une tour de cathédrale,Pinceau de calcaire clairEnluminant le cielEn son vitrail d’azur Ni ce pourpre d’un sûrD’une corolle fièreRétablissant ses liensD’avec la lumière Ce n’est pas le bourdonnementCertainDes hommes et des machinesDoublant, couvrant les ruesD’une rizière de sonsEn strates lamellaires Ni le sourire du ventDans la gorge entrouverteD’une fenêtre libreLaissée au…

    Lire

  • Il y eut cet instant, hier soir samedi, par cette froide et grise fin de journée d’automne. Nous devions sortir, ma fille et moi; je m’étais agenouillé devant elle pour l’aider à mettre une chaussure, selon notre petit rituel qui veut qu’en ce moment nous fassions chacun la moitié du travail. J’avais laissé l’ordinateur jouer…

    Lire

  • Et je retourneraiSur les terres rouges d’argileVerdies de chants oblongsAiguisées de  silencesC’est de là que je viens Terre rouge de ProvenceOu terre rouge d’AustralieTerre rouge,C’est de là que je viens Sous le ciel d’un bleu noirD’une nuit longue d’hiverC’est de là, Au près du chant d’eau claireEn les creux retirésSous les silex complicesEt sous l’arbre…

    Lire

  • À Olivier, mon très cher Senpaï À toi, mon ami de très loinQui enjambas ce pontEt vis une eau si noire; Te serait-il possible? Nous serait-il possible? De se souvenir,Se remémorer,RerencontrerRecontacter,Retrouver,Revivre, La première vague d’inspirLa première vague d’expirLa toute première pauseEt le premier silence La première étoffe douceLe tout premier contactLa première caresseEt le tout…

    Lire

  • En cette fin de journée d’été, chaude et fraîche comme l’eau joueuse d’une fontaine, la colline de Provence se reposait des vibrations du jour. Libérés de la chape complice du soleil dardant, les parfums des plantes aromatiques chantaient leurs adieux à la terre rouge en notes odorantes tantôt aiguës et pointues pour le thym, la…

    Lire

  • « Il a presque un an, ça commence à devenir intéressant ». « C’est génial maintenant, elle commence à parler, ça commence à devenir vraiment intéressant dans les échanges ». Combien de fois ai-je entendu, et encore récemment, ce genre de phrase dans la bouche d’un parent. C’est une des phrases que j’ai le plus de mal à comprendre.…

    Lire

  • À Celle, Je ne sais quel serale visage de l’aubemais j’ai vu le soleil Je ne sais s’il pleuvrasur les terres ridéesmais j’ai vu l’eau féconde Ni ne sait si des chants d’amourembelliront le soir qui vientmais j’ai vu cent notes d’or Je ne sais si la merensemencera la landemais j’ai vu l’onde sauvage Je…

    Lire

  • Naia, cinq ans et demie, sur une plage marocaine avec son père. Le père :– Hein ? Tu veux mettre tes lunettes de plongée main­te­nant ? Mais Naia, ça fait juste une demie-heure que j’essaie de les adapter à ton nou­nours comme tu me l’as demandé ! ( mi-dépité mi-joueur ) Oh la la, c’est pas tou­jours facile d’être parent. Parfois,…

    Lire

  • Que son intel­li­gence puise en sa sen­si­bi­lité le meilleur d’elle même. Que son inté­gra­tion émo­tion­nelle lui apporte une grande variété de réponse aux défis de la vie. Que sa capa­cité d’action ne soit pas grevée de forces qui dénient. Que son amour de la vie soit plein et fécond. Que son altruisme soit une donnée…

    Lire

  • Le poète de la troisième aubeNe se repaît plus de ses propres tourments« Étripé, déchiqueté, arraché, écraséAnéanti, écorché, torturé » Ces mots lui sont inutilesRestes de violence subie Retournée contre soi J’ai en moi une fleur noireQui se nourrit de sang Ou Oserais-je, silences accablantsSépultures d’asphalte Aux sourires putréfiés Ou J’avance malgréToutesLes horreurs de ce mondeFroideComme un…

    Lire

  • Trop d’économistes et de responsables politiques modèlent la société humaine sur la lutte permanente qu’ils croient exister dans la nature, [conduisant] à une vision exceptionnellement cynique du comportement humain et animal. [Pourtant] l’attachement est essentiel pour notre espèce, et c’est notre plus grande source de bonheur. Nous comptons puissamment les uns sur les autres pour…

    Lire

  • Baie de Noirmoutier, tôt en ce matin de dimanche. Le lever du soleil était d’une beauté glorifiant le silence. A l’est, le ciel s’illuminait d’une traîne de satin rose déposée sur un lit de vapeurs oranges. Démultipliée, irrisée, étirée par le vent, traçant de loin en loin un chemin de photons ensemencés par contagion chromatique,…

    Lire